Politique

Budget 2023 : le spectre du 49-3

Plus le vote du budget avance, moins l’Assemblée est paisible. Depuis deux semaines, le budget du gouvernement de l’année 2023 est voté à l’Assemblée. Présenté par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, il doit définir la structure des dépenses pour l’année prochaine. Seulement, cette fois-ci, le gouvernement doit faire des compromis, ne détenant qu’une majorité relative. 

Les échanges ont commencé à devenir plus vifs mardi 11 octobre, lorsque le député RN Alexandre Loubet avait qualifié Bruno Le Maire de « lâche ». Ce dernier avait demandé des « excuses solennelles », demande que Marine le Pen avait balayé d’un revers de main en incitant le ministre à « planter des fraises ». Mais au-delà des insultes, c’est surtout un camouflet électoral qui donne du fil à retordre au gouvernement. 

 

Les super-dividendes : un sujet qui divise même au centre 

Alors que l’exécutif s’y était déclaré défavorable, le texte a été proposé par un député MoDem, et vise à taxer « les entreprises qui réalisent plus de 750 millions de chiffre d’affaires, qui réalisent des superprofits mais qui décident de distribuer des superdividendes ». Et pire que cette singularité au sein du groupe Ensemble !, 19 députés du parti présidentiel ont voté en sa faveur. À l’aile gauche du parti, ils ne se revendiquent pas « frondeurs », mais promoteurs de la « justice sociale ». 

À Renaissance, tout le monde ne voit pas celle-ci de la même façon. Bruno Le Maire a ainsi attaqué au micro du BFMTV une mesure « profondément injuste » qui pénaliserait les entreprises françaises. Il y est d’ailleurs tellement opposé qu’il a affirmé qu’il ne « conservera pas l’amendement », selon ses propres dires, terminant sa réponse par une pique adressée à Marine Le Pen. 

Le texte, pourtant, avait été largement accepté par l’Assemblée. À 227 voix pour et 88 contre, il signait d’ailleurs l’une des premières « victoires » de l’opposition, bien que l’amendement ait été proposé par un membre de la majorité. 

C’est Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, qui a rebattu les cartes. À l’issue du conseil des ministres du mercredi 12 octobre, celui-ci a ainsi déclaré que le gouvernement était prêt à faire appel au 49-3. Cet article lui permettrait de passer outre la volonté de l’Assemblée pour éluder les amendements auquel il serait opposé. Bruno Le Maire a cependant tenu à rassurer sur un point : il souhaite « conserver des amendements de l’opposition ». Pour l’instant, seuls des amendements proposés par le PS et LR rentrent dans ce cadre

La rédaction d'Omerta

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL