Culture

Bruxelles : un colloque conservateur interdit par un maire belgo-turc

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Viktor Orban, Éric Zemmour, le cardinal Müller, Nigel Farage et bien d’autres devaient prendre la parole ce mardi 16 avril à proximité du Parlement européen, situé dans la capitale du Royaume de Belgique. Le bourgmestre de la commune de Saint-Josse-ten-Noode, Emir Kir a tenté de les en empêcher au nom de la lutte contre « l’extrême-droite ». 

L’univers habituellement feutré du quartier européen de Bruxelles émerge parfois de sa léthargie pour des accès de colères des militants décolonialistes s’en prenant aux monuments en lien avec la colonisation du Congo belge ou des agriculteurs hostiles à la politique libre-échangiste de l’Union européenne. Mais une intervention policière pour tenter d’interdire la tenue d’un colloque où devaient s’exprimer, entre autre personnalités, le Premier ministre hongrois et un cardinal de l’Église catholique est inédit. 

C’est pourtant à cette situation que furent confrontés les participants de la réunion des tenants de la  « National Conservatism Conference » organisée par la Edmund Burke Foudation (Pays-Bas), avec le soutien du Mathias Corvinus Collegium (MCC, Hongrie) ce mardi 16 avril. A Bruxelles, ce sont en effet les bourgmestres des communes qui composent la capitale belge qui disposent de la capacité de recourir à la force publique.

Un bourgmestre proche de l’extrême-droite turque


Cette conférence initiée par le conservateurs britanniques avait conviée de nombreuses personnalités à s’exprimer : le Premier ministre hongrois Viktor Orban, l’ancien journaliste français Éric Zemmour, président du parti Reconquête, la figure centrale du Brexit qu’est Nigel Farage, l’ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi catholique, Gerhard Ludwig Müller ou l’ancienne ministre de l’Intérieur britannique Suella Braverman. Ce ne fut pas du goût d’Emir Kir, 55 ans, bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode depuis 2012, exclu du Parti socialiste belge francophone en 2020 pour avoir reçu des députés d’extrême-droite turc du MHP, allié …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Élections européennes : La fiche d’identité des Patriotes

Pour qui allez-vous voter aux élections européennes ? Si vous êtes encore indécis, et même si vous avez fait votre choix, Omerta vous propose une fiche d’identité de toutes les têtes de listes avec leurs principales propositions. Florian Philippot représente la liste Les Patriotes. Son programme s’axe principalement sur la protection de l’agriculture française.

L’entretien de Milorad Dodik donné à OMERTA largement commenté en ex-Yougoslavie

Le 10 mai dernier, lors de sa visite à Paris le président de la République Serbe de Bosnie, Milorad Dodik, donnait un long entretien au directeur de la rédaction d’OMERTA, Régis Le Sommier. Cette interview a déclenché de nombreuses réactions dans la presse bosniaque et serbe.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL