Géopolitique

Brésil : insurrection populiste contre la corruption

La lecture des articles est réservée aux abonnés

L’irruption des manifestants hostiles au nouveau pouvoir brésilien sur la place des Trois Pouvoirs de Brasilia, construite par l’architecte Oscar Niemeyer au début des années 1960, n’est pas surprenante. Notons d’abord sa parenté visuelle avec la prise du Capitole à Washington par l’« alt-right » américaine. La gravité politique de ces évènements ayant pour corollaire des accents burlesques provoqués par l’attitude et la tenue de certains assaillants.  

Le faible écart de voix entre les deux finalistes de l’élection présidentielle, le système fédéral du pays, le poids important de l’opposition dans les États fédérés, les manifestations se succédant depuis l’élection de Lula, 77 ans, laissaient présager un tel coup d’éclat, à défaut d’un coup d’État. Toute personne s’intéressant un peu au Brésil connait l’état de fracturation sociale de cet immense pays où la violence politique concoure avec les louanges évangéliques et les transes du carnaval à agiter la société. 

Loin d’être des inconditionnels du président sortant Bolsonaro, séjournant actuellement aux États-Unis, ceux qui s’en sont pris aux institutions fédérales situées de Brasilia sont avant tout des adversaires résolus du président Lula, accusé par eux d’être le symbole d’une corruption endémique chez les fonctionnaires brésiliens. Les assaillants de Brasilia sont ainsi représentatifs de la classe moyenne inférieure du Brésil : chauffeurs de taxis, artisans, coiffeurs, petits commerçants vivant de l’agro-négoce. Et c’est bien sous le chef d’accusation de corruption et de blanchiment d’argent que Lula avait été incarcéré de 2018 à 2019 avant d’être libéré puis relaxé pour vice de forme. 

En déplacement dans l’État de Sao Paolo frappé par des intempéries, Lula n’était pas à Brasilia lors de l’émeute. Il peut compter sur le soutien de l’armée brésilienne pour rétablir l’ordre, puisque que contrairement à une idée reçue et au souhait des manifestants, celle-ci est très soucieuse de la légalité depuis qu’elle a …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Dean FR

Il y a 1 ans

Signaler

0

il y a bien eu des armes découvertes + des armes volées

Jérôme Lauvaux

Il y a 1 ans

Signaler

0

Plutôt un monôme bon enfant qu'une insurrection. Que n'aurait-on entendu si un journaliste présent avait aperçu une arme dans cette foule. Si seulement l'extrême gauche quand elle manifestait à Paris était capable de cette retenue!

Jean-Christophe Goux

Il y a 1 ans

Signaler

1

Vivant les choses de l'intérieur, je trouve qu'il y a un réel parti pris dans le titre de l'article. Insinuer que Lula et le PT sont responsables de la corruption au Brésil est proprement malhonnêtes ou s'est mal connaître les rouages d'un système endémiques. La corruption est partout et à tous les échelons. Lula, puis Dilma ont toujours défendu les contre pouvoirs, quitte à s'en retrouver les victimes, au contraire de Bolsonaro qui s'est efforcé pendant son mandat à saper les institutions et qui en terme de corruption n'est pas en reste. Je partage la conclusion de l'article, même si je déplore cette fracture qui paralyse le pays.

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier