Culture

Bouquiniste parisien et chanteur de rock alternatif, Tai-Luc est mort le 3 décembre

C’est au lendemain de la chute de Saïgon et de la fin de l’indépendance du Sud Viêt Nam que Tai-Luc, de père vietnamien et de mère française impulse la création au lycée Hoche de Versailles du groupe de rock alternatif La Souris déglinguée. Le premier 45 tours sort en 1979 sous le titre Haine, Haine, Haine, la même année qu’est organisé le premier concert officiel de LSD à Sarcelles. Sans pour autant devenir un groupe médiatique de premier plan, La Souris déglinguée obtient un réel succès d’estime et s’impose comme l’une des formations phares du rock indépendant qui fleurit alors dans les banlieues de la région parisienne. La consécration survient en 1984 avec une invitation à jouer au Zénith de Paris. Attirant un public aux opinions politiques très variées, les concerts de La Souris déglinguée se déroulent en général dans une ambiance très bon enfant, même si quelques bagarres éclateront ici où là, causé par des spectateurs un peu trop exaltés.

Concerts mythiques


La Souris déglinguée avait su séduire de nouvelles générations et quelques concerts mythiques furent encore organisé cas dernières années comme ceux de 2015 à l’Olympia de Paris puis dans les arènes de Fréjus. Cette dernière prestation avait valu quelques déprogrammations du groupe, en raison de l’orientation politique de la ville dirigée par un maire FN.

Tai-Luc était devenue une figure des bouquinistes parisiens, ouvrant ses boîtes non loin de l’Hôtel de Ville de Paris. Il était très affecté ces derniers mois par le projet de déménagement temporaire de l’ensemble des échoppes de sa corporation pour faire place nette à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques. Dans la soirée 17 novembre, il avait tenu à assister au test de démontage des boîtes organisé par la Mairie de Paris. L’angoisse partagée par l’ensemble de la profession n’est probablement pas étrangère à sa mort subite ce dimanche 3 décembre. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jean-Christophe Goux

Il y a 5 mois

Signaler

0

La Souris m'a accompagné pendant 40 années de ma vie. Mes enfants chantent "Jeunesse de France" sur le chemin de l'école.

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL