Culture

Bouquiniste parisien et chanteur de rock alternatif, Tai-Luc est mort le 3 décembre

C’est au lendemain de la chute de Saïgon et de la fin de l’indépendance du Sud Viêt Nam que Tai-Luc, de père vietnamien et de mère française impulse la création au lycée Hoche de Versailles du groupe de rock alternatif La Souris déglinguée. Le premier 45 tours sort en 1979 sous le titre Haine, Haine, Haine, la même année qu’est organisé le premier concert officiel de LSD à Sarcelles. Sans pour autant devenir un groupe médiatique de premier plan, La Souris déglinguée obtient un réel succès d’estime et s’impose comme l’une des formations phares du rock indépendant qui fleurit alors dans les banlieues de la région parisienne. La consécration survient en 1984 avec une invitation à jouer au Zénith de Paris. Attirant un public aux opinions politiques très variées, les concerts de La Souris déglinguée se déroulent en général dans une ambiance très bon enfant, même si quelques bagarres éclateront ici où là, causé par des spectateurs un peu trop exaltés.

Concerts mythiques


La Souris déglinguée avait su séduire de nouvelles générations et quelques concerts mythiques furent encore organisé cas dernières années comme ceux de 2015 à l’Olympia de Paris puis dans les arènes de Fréjus. Cette dernière prestation avait valu quelques déprogrammations du groupe, en raison de l’orientation politique de la ville dirigée par un maire FN.

Tai-Luc était devenue une figure des bouquinistes parisiens, ouvrant ses boîtes non loin de l’Hôtel de Ville de Paris. Il était très affecté ces derniers mois par le projet de déménagement temporaire de l’ensemble des échoppes de sa corporation pour faire place nette à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques. Dans la soirée 17 novembre, il avait tenu à assister au test de démontage des boîtes organisé par la Mairie de Paris. L’angoisse partagée par l’ensemble de la profession n’est probablement pas étrangère à sa mort subite ce dimanche 3 décembre. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jean-Christophe Goux

Il y a 2 mois

Signaler

0

La Souris m'a accompagné pendant 40 années de ma vie. Mes enfants chantent "Jeunesse de France" sur le chemin de l'école.

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL