Géopolitique

Balkans : L’armée serbe en alerte, le Kosovo ferme sa frontière

 
Le Kosovo connaîtra-t-il à nouveau la guerre ? Quatorze ans après sa prise d’indépendance contestée, la région est à nouveau sujette à un regain de tensions entre la minorité serbe et le pouvoir exercé par Pristina. Particulièrement attentive au sort de sa diaspora au Kosovo, la Serbie se tient prête à intervenir militairement dans le nord de son ancienne province. Ce mercredi, le Kosovo a fermé son principal poste frontière avec la Serbie, en réponse à la mise en état d'alerte de l'armée serbe. Parmi les raisons qui cristallisent le trouble de ces dernières semaines, il y a notamment l’arrestation mi-décembre d’un ancien policier serbe qui a provoqué une vague de protestations dans sa communauté. Cette arrestation fait suite à la tentative avortée du gouvernement de Pristina d'uniformiser les plaques d'immatriculation sur son territoire. Une mesure qui a provoqué une levée de bouclier massive de la minorité serbe du nord du Kosovo. Dimanche 25 décembre, une fusillade d’origine indéterminée a éclaté sur un barrage tenu par les Serbes à Zubin Potok, au nord du Kosovo. Une patrouille de la force d’interposition de la KFOR, mandatée par l’OTAN, se trouvait à proximité. Dans un communiqué, la KFOR annonce n’avoir constaté « ni blessé ni dégât matériel » mais travaille « à établir tous les faits ».  Depuis plusieurs jours, les manifestants serbes s'opposent par des barrages aux policiers déployés par Pristina.         

Dans ce contexte, le chef des armées serbes, le général Milan Mojsilovic, a été dépêché dimanche soir par le président serbe Aleksandar Vucic à Raska, dans la ville de Raska à dix kilomètres de la frontière du Kosovo. Lundi, dans la soirée, le président ordonnait à son armée « d’être au plus haut niveau de préparation au combat, c’est-à-dire au niveau de l’utilisation de la force armée », selon le ministre serbe de la Défense.  Une vidéo très relayée montre une colonne de véhicules transportant des obusiers. La chaîne de télévision serbe N1 indique que le pays aurait déployé des obusiers automoteurs de 155 mm et un contingent de la police militaire à deux km du poste de frontière de Jarinje. « La situation là-bas est compliquée et complexe, et elle requiert dans la période à venir la présence de l'armée serbe le long de la ligne administrative », précise le général Milan Mojsilovic, selon le terme utilisé par les autorités serbes pour désigner la frontière avec le Kosovo.


Serbie-Kosovo : L’orage semble inévitable


Rien ne semble donc vouloir apaiser les tensions entre les 120 000 Serbes du Kosovo et gouvernement kosovar. L’ancienne région serbe est devenue indépendante en 2008, après une guerre meurtrière en 1998-1999. Pourtant, cette province autonome n’est reconnue ni par l’Organisation des Nations Unies, ni par l’Union Européenne et les échauffourées entre la population kosovare majoritairement albanaise et la minorité serbe défrayent régulièrement la chronique. Mais Belgrade voit d’un mauvais œil l’assise souveraine de Pristina sur l’ensemble d’un territoire qu’elle considère encore sien. La perspective d’une solution pacifique au conflit s’amenuise de jour en jour. Le reportage de Régis Le Sommier, directeur de la rédaction d’Omerta, Kosovo : le dernier cri d’un condamné, met en lumière la genèse et les enjeux de cette nouvelle crise des Balkans où ni l’OTAN, ni l’Union Européenne ne semblent réussir à s’imposer comme médiateurs. 
 | 
 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Martine Lepage

Il y a 1 ans

Signaler

0

L'ingérence otan(usienne), américaine et l'inféodée ue provoque toujours les mêmes conséquences : déstabilisation, tensions exacerbées, victimes innocentes, paupérisation pour de très longues années.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier