Culture

Avec Limonov et Thierry Marignac chez les Gilets jaunes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Ma première véritable discussion avec Thierry Marignac doit remonter à 2006, lorsque mon rédacteur en chef de l’époque avait eu la bonne idée de m’envoyer réaliser un entretien sur son livre A quai (Éd. Rivages/Noir). Rendez-vous avait été pris dans une crêperie du quartier Odéon, établissement assez éloigné de ceux décris dans les ouvrages de l’écrivain. J’avais découvert ce dernier dans une édition de poche de son premier livre au titre provocateur, Fasciste, paru originellement chez Payot en 1988 et que je rapprochais alors volontiers dans mon panthéon personnel de La Mélancolie des fast foods (Éd. Grasset, 1987) de Jean-Marc Parisis. Fasciste racontait notamment une plongée au sein des milices loyalistes protestantes d’Irlande du Nord, sujet d’étude assez peu abordé en France.

Pragmatisme de la droite littéraire


Bien entendu, Thierry Marignac n’a jamais été fasciste, mais demeure, bien au contraire, un écrivain voyageur passionné aussi bien par la Russie et l’Angleterre que par les États-Unis et l’Ukraine. Son œuvre foisonnante laisse souvent pointer un fond de conservatisme libertaire ou d’anarchisme de droite, au choix, comme le résume ce passage de Photos passées, l’autobiographie que vient de faire paraître ce sexagénaire habité depuis toujours d’une réelle élégance littéraire : 
« Si j’aimais bien la droite littéraire, c’est parce que j’y discernais ce pragmatisme, cette reconnaissance de l’individu et de ses particularités. On y admettait la possibilité de s’écarter du troupeau qu’on aurait cherché en vain dans le gauchisme devenu officiel, éternellement marqué par son stalinisme d’origine écrasant toute singularité. Le néo-conservatisme et la gauche sociétale n’avaient pas encore fusionné dans ce qui donne aujourd’hui un paysage mental d’une uniformité désespérante d’un bord à l’autre, une véritable prison idéologique. Les gens de droite étaient alors plus ouverts à l’inattendu en général, à la singularité, nettement plus sympathiques et larges d’esprit …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL