Culture

Avec Limonov et Thierry Marignac chez les Gilets jaunes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Ma première véritable discussion avec Thierry Marignac doit remonter à 2006, lorsque mon rédacteur en chef de l’époque avait eu la bonne idée de m’envoyer réaliser un entretien sur son livre A quai (Éd. Rivages/Noir). Rendez-vous avait été pris dans une crêperie du quartier Odéon, établissement assez éloigné de ceux décris dans les ouvrages de l’écrivain. J’avais découvert ce dernier dans une édition de poche de son premier livre au titre provocateur, Fasciste, paru originellement chez Payot en 1988 et que je rapprochais alors volontiers dans mon panthéon personnel de La Mélancolie des fast foods (Éd. Grasset, 1987) de Jean-Marc Parisis. Fasciste racontait notamment une plongée au sein des milices loyalistes protestantes d’Irlande du Nord, sujet d’étude assez peu abordé en France.

Pragmatisme de la droite littéraire


Bien entendu, Thierry Marignac n’a jamais été fasciste, mais demeure, bien au contraire, un écrivain voyageur passionné aussi bien par la Russie et l’Angleterre que par les États-Unis et l’Ukraine. Son œuvre foisonnante laisse souvent pointer un fond de conservatisme libertaire ou d’anarchisme de droite, au choix, comme le résume ce passage de Photos passées, l’autobiographie que vient de faire paraître ce sexagénaire habité depuis toujours d’une réelle élégance littéraire : 
« Si j’aimais bien la droite littéraire, c’est parce que j’y discernais ce pragmatisme, cette reconnaissance de l’individu et de ses particularités. On y admettait la possibilité de s’écarter du troupeau qu’on aurait cherché en vain dans le gauchisme devenu officiel, éternellement marqué par son stalinisme d’origine écrasant toute singularité. Le néo-conservatisme et la gauche sociétale n’avaient pas encore fusionné dans ce qui donne aujourd’hui un paysage mental d’une uniformité désespérante d’un bord à l’autre, une véritable prison idéologique. Les gens de droite étaient alors plus ouverts à l’inattendu en général, à la singularité, nettement plus sympathiques et larges d’esprit …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

L'indestructible Donald Trump

Il est indestructible. Milliardaire, homme politique ou président des États-Unis, il traîne dans son sillage un parfum de souffre et de scandales. Contre vents et marées, il se redresse toujours, jusqu’à échapper à une balle qui lui a emporté le lobe de l’oreille. Sa vie est un film hollywoodien. Les Américains l’adorent, le haïssent, ou adorent le haïr, suffisamment pour le réélire président ?

[Éditorial] La France parlementaire à l’arrêt, Emmanuel Macron seul aux commandes

Faute de majorité parlementaire et prétextant l’ouverture des Jeux Olympiques, le Président de la République a renvoyé la formation d’un nouveau gouvernement à la mi-août. En attendant, Gabriel Attal et son équipe démissionnaire continuent d’expédier les affaires courantes. La situation est inédite mais pas sans solutions.

La gauche radicale poursuit sa guerre contre la filière agroalimentaire française

Le Village de l’eau de Melle (Deux-Sèvres) a été l’occasion d’une action massive des écologistes radicaux à la Rochelle dirigée contre les gros producteurs et collecteurs de céréales utilisant les infrastructures du port de La Pallice. Plusieurs centaines d’activistes ont commis de nombreuses dégradations dans la préfecture de Charente-Maritime ce samedi 20 juillet.

Nice : un incendie criminel tue trois enfants

Dans la nuit du mercredi au jeudi 18 juillet, un incendie s’est déclaré à Nice. Le nombre de victimes s’élève à sept personnes dont trois enfants. La piste criminelle est envisagée.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL