Société

Au revoir Saint-Nicolas, bonjour Sidi Nicolas !

La lecture des articles est réservée aux abonnés

C’est la dernière lubie de Jean Spinette, bourgmestre (maire) socialiste de Saint-Gilles, l’un des quartiers de Bruxelles très prisé des expatriés français, mais qui comprend également une forte communauté marocaine sujette au clientélisme électoral de la gauche locale. 
La commune de Saint-Gilles étant jumelé avec Berkane, à l’est du Maroc, au cœur d’une région productrice de clémentines, l’élu a imaginé faire distribuer ces dernières le 6 décembre, non plus par Saint-Nicolas, figure bien connue en Belgique, mais aussi dans la France du Nord-est, des Flandres à la Lorraine, mais par… Sidi Nicolas, comme il l’a confié au quotidien local La Dernière-Heure : « C’est un moyen de trouver un lien avec la communauté musulmane de la commune ». Intention qui peut sembler louable au premier abord, mais qui conduirait à dénaturer le sens profondément européen de cette fête, estiment les détracteurs de l’édile qui se demandent si Jean Spinette n’a pas trop abusé du… Sidi Brahim, cet excellent vin produit sur les contreforts de l’Atlas.
 
En attendant de voir s’il met son idée à exécution, force est de constater que l’élu a une conception assez spéciale, pour ne pas dire totalement wokiste de la Saint-Nicolas : « Pour nous, Saint-Nicolas doit-être respectueux de l’environnement, respectueux des cultes et intersectionnel ». Cela a le mérite d’être clair. Pourtant, le bourgmestre plaide désormais l’humour (belge ?) après que les partis MR (centre droit) et Chez Nous (droite conservatrice) aient fait part de leur désapprobation.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Claude ROUQUET

Il y a 6 mois

Signaler

1

Encore un peu de patience, et il ne restera rien des traditions et coutumes des "vieux" Français. Place à la nouvelle population, toute surprise de voir qu'on lui donne tout, même ce qu'elle ne demande pas! Une cinquième colonne multiforme existe dans le pays, elle fait plus de dégâts sur le plan identitaire que l'immigration elle-même.

philippe paternot

Il y a 6 mois

Signaler

1

idem pour la maire de nantes qui veut un noel multiconfessionnel ! comme si les musulmans (hindouistes, shintoistes etc.) d'ailleurs noel est remplacé par "fin d'année" mais de quelle année? 2023 mais 2023 après qui ? ... fêtaient noel

À lire

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL