Géopolitique

Attentat au Pakistan : après 5 mois de cessez-le-feu, les talibans reprennent les hostilités

 Dans la ville de Quetta, au sud-ouest du Pakistan, un sanglant attentat-suicide a fait 3 morts et près de 30 blessés ce mercredi 30 novembre. L’explosion visait un groupe de policiers chargés de la protection d’une équipe de vaccination contre la poliomyélite. L’attentat a été revendiqué par le groupe islamique du TTP, le Tehreek-e-Taliban Pakistan, la branche pakistanaise des talibans, qui en a averti l’agence Reuters. Relayés par le magazine Challenge, un responsable des forces de l’ordre explique que « 15 policiers » ont été blessés et qu’« un policier, une femme et un enfant ont été tués. » 
 
Lundi 28 novembre, le TTP a annoncé rompre le cessez-le-feu proclamé au mois de juin avec le gouvernement pakistanais. En cause, la mort d’un haut responsable du TTP, survenue en août dernier, selon le quotidien 20 minutes. Décrit comme le « chef principal » de la mouvance talibane au Pakistan, Abdul Wali a été tué dans l’explosion de sa voiture alors qu’il se trouvait dans l’est de l’Afghanistan. La rupture du cessez-le-feu est en fait une posture, car il n’était pas très respecté depuis son entrée en vigueur. Il vient cependant stopper les pourparlers de paix entamés en juin sous l’égide des talibans afghans. Ces derniers ne sont pourtant pas liés au TTP, quoiqu’ils soient idéologiquement proches. 

Thèse du complot autour du vaccin contre la poliomyélite 
 
Le vaccin contre la poliomyélite est l’objet d’une vaste théorie conspirationniste depuis plusieurs années. Le Figaro explique que vaccin est perçu par les militants islamistes comme une campagne de stérilisation des enfants musulmans, menée par les occidentaux. Le TTP et d’autres mouvances de l’ouest du Pakistan prennent depuis des années pour cible les équipes de vaccinations. La presse pakistanaise a d’ailleurs relevé plus de 70 assassinats de vaccinateurs depuis 2012, surtout dans la province du Khyber Pakhtunkhwa, au nord-ouest du pays, ou le TTP est très impliqué. 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier