Société

Année-record pour l’insécurité en France

« En France, la quasi-totalité des indicateurs de la délinquance enregistrée sont en hausse en 2022 par rapport à l’année précédente. » C’est ainsi que commence la « première photographie » de l’insécurité et de la délinquance, publiée le 31 janvier par le ministère de l’Intérieur, à la tête duquel on retrouve Gérald Darmanin. 

Déplacement après déplacement, celui-ci n’avait pourtant cessé, sur toute l’année, de se « rendre sur place » et de prendre des « mesures concrètes » pour lutter contre ces phénomènes. Après les évènements du Stade de France (par la faute des « supporters anglais »), ce sont les rodéos urbains qui ont gangréné son été. Après l’affaire Lola en octobre, il s’était attaqué aux OQTF : toujours avec un train de retard, il s’efforce néanmoins de maintenir, évènement après évènement, la même affirmation : « Il n’y a aucun lien entre délinquance et immigration. » 

 

« Sentiment d’insécurité » et insécurité augmentent 

Le « sentiment d’insécurité », c’est l’argument souvent brandi par le ministre de la Justice, Éric Dupont-Moretti, lorsque le sujet de la criminalité arrive sur le plateau de télévision. De même, il existerait un « sentiment d’impunité ». 

D’ailleurs, ce sentiment d’insécurité existe bel et bien : 23% des Parisiens ont peur d’être seul le soir dehors, 31% trouvent angoissant de prendre le métro, principalement la ligne 13 qui va jusqu’à… Saint-Denis. Ce sentiment augmente d’ailleurs chaque année, tout comme l’importance de la lutte contre la délinquance. Selon un sondage de l’Ifop publié l’été dernier, 75% des Français jugent le bilan d’Emmanuel Macron en la matière « mauvais », 69% d’entre eux pensant que la délinquance a « augmenté ». 

Passons sur l’effectivité du sentiment, et voyons alors son fondement. 

Sur l’année 2022, selon le ministère de l’Intérieur, le nombre de coups et blessures volontaires a augmenté de 15%, de violences intrafamiliales de 17%, d’homicides de 8%,de violences sexuelles de 11%, d’escroquerie de 8%, de cambriolages de 11%, de vols de véhicules de 9%, de vols avec armes de 2%, et cætera. Le sentiment serait-il basé sur une réalité ? À cette question, on peut parfaitement répondre à l’affirmative. 


Emmanuel Macron, champion de l’insécurité 

De même, si l’on observe ces statistiques sur le long-terme, on observe, toujours dans le rapport, que l’insécurité a commencé sa hausse exceptionnelle à partir du mandat d’Emmanuel Macron. La période 2008-2017 avait vu les coups et blessures passer de 50 000 occurrences par trimestre à 60 000. La période 2017-2022 verra une hausse de 50%, freinée par le Covid-19 et les confinements : le seuil des 90 000 a été franchi dans le courant de l’année dernière. 

Il en est d’ailleurs de même pour les violences sexuelles. D’un peu moins de 7 000 en 2012 à un peu plus de 10 000 en 2017, le mandat d’Emmanuel Macron les verra cette fois-ci doubler carrément : plus de 21 000 par trimestre en 2022. Si les vols violents reculent légèrement, ils sont largement compensés par le trafic de stupéfiants, les homicides ou les escroqueries. 

En somme, le premier quinquennat d’Emmanuel Macron n’aura pas seulement vu se poursuivre les hausses : il les aura vues s’accentuer, voire parfois doubler. Alors que sera bientôt présentée la prochaine loi sur l’immigration, on peut d’ailleurs douter de la possibilité d’une quelconque amélioration dans les années à venir. Si toutefois, on considère qu’il y a un lien entre délinquance et immigration.

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

baur christiane

Il y a 1 ans

Signaler

0

Un ancien avocat pénaliste ne devrait jamais être garde des sceaux, c'et une aberration.

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL