Géopolitique

Allemagne : la tentation conservatrice de l’AfD

A six mois du prochain scrutin européen, l’AfD occupe la deuxième place dans les sondages d’opinion outre-Rhin, derrière la CDU/CSU mais devant le SPD du chancelier Olaf Scholz. Né en Allemagne de l’Est, juriste de formation, de confession catholique et ancien membre de la CDU, le docteur Maximilian Krah, 46 ans, député européen sortant de l’AfD, est parvenu à se faire désigner l’été dernier comme tête de liste de son parti pour les élections européennes du 9 juin 2024. Les éditions de la Nouvelle Librairie ont eu la bonne idée de traduire son livre programmatique en français. Il y plaide pour une droite de conviction, tentant de dégager un corpus idéologique au-delà des élans protestataires portés depuis sa naissance par l’AfD, parti associé au Rassemblement national (RN) au niveau européen.

Pour étayer sa stratégie, Maximilian Krah s’appuie sur des auteurs conservateurs d’origine allemande comme Thomas Mann (1875-1955), Oswald Spengler (1880-1936), Carl schmitt (1888-1985) et Leo Strauss (1899-1973). Sur fond du constat lucide de l’effondrement du christianisme en Europe occidentale ces dernières années, Maximilian Krah prône l’émergence d’un conservatisme clairement enraciné à droite pour préserver ce qui peut l’être face à la tentation libérale. 

Préserver l’ordre naturel


L’intérêt de sa démarche est notamment de se situer dans une logique civilisationnelle considérée comme ressort face à la crise existentielle des droites européennes trop souvent écartelées entre tentation progressiste et réflexe réactionnaire : « C’est précisément parce que la politique identitaire de gauche est en train de détruire tout l’ordre traditionnel et naturel qu’il est temps de mettre en place une politique identitaire de droite. » Renvoyer la gauche dans ses cordes en l’affrontant sur son terrain, voilà son pari. 

Conscient qu’une convergence des forces conservatrices européennes est nécessaire sur le Vieux continent et qu’elle doit aboutir à une indépendance par rapport aux intérêts propres des États-Unis, Maximilian Krah plaide pour une « indépendance stratégique » de l’Europe, dont on devine qu’il est bien conscient de la difficulté qu’il y aura à la faire naître tant l’atlantisme prospère au sein des élites politiques continentales.

Maximilian Krah, Allemagne : plaidoyer pour une droite identitaire, La Nouvelle Librairie, 276 p., 21 euros.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

de Rosanbo Georges

Il y a 2 semaines

Signaler

0

Pour arriver à une indépendance stratégique, il faut une armée forte...dont ne disposent pas les allemands. D'autre part les divergences franco-allemandes en matière d'armement remontent au début des années 60 et n'ont jamais été soldées: AMX30/Léopard1, Typhoon/Rafale (et d'autres)... A chaque fois qu'il y a une tentative de produire en commun, il y a échec! le dernier en date, pas encore tout à fait avorté: le char commun (encore) MGCS.

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier