Politique

Agnès Buzyn sort du silence

 Pour beaucoup, Agnès Buzyn reste cette ministre qui a quitté le navire du gouvernement pour remplacer Benjamin Griveaux après son scandale, dans le contexte des élections municipales à Paris, tout au début de la crise du Covid-19. Elle est celle qui a collé des affiches dans les aéroports pour toute mesure contre la maladie, et ne traîne pas une très bonne image derrière elle. 

Pourtant, à l’en croire, rien ne s’est passé comme conté dans la presse. Alors qu’elle doit se présenter devant la Cour de Justice de la République pour sa mauvaise gestion de la pandémie (et donc « mise en danger de la vie d’autrui »), elle dit au contraire avoir été une Cassandre, du nom de cette prophétesse grecque que personne ne croyait. 

Selon elle, tout est la faute d’Edouard Philippe et des autres membres du gouvernement qui, eux, n’ont pas pris conscience de l’ampleur de la crise. « Je n’avais pas l’impression d’être entendue » explique-t-elle. À nos confrères du Monde, elle explique « On m’a fait passer pour une idiote qui n’a rien vu, alors que c’est l’inverse. Non seulement j’avais vu mais prévenu ». Elle qui souhaitait rester à la Santé (elle est hématologue) n’aurait pas choisi de se lancer dans la course pour la mairie de Paris, mais y aurait été poussée par Edouard Philippe et Emmanuel Macron. Elle décrit d’ailleurs quarante-huit heures « infernales » durant lesquelles les cadres de LREM feront tout pour la pousser à remplacer Benjamin Griveaux. Un immense regret qu’elle garde toujours en tête. 

Durant tout ce temps, elle aura « fait peur » à Emmanuel Macron quant à l’ampleur de la crise du Covid-19. À ce moment-là, le président de la République incite encore les Français à « aller au théâtre » et à ne pas céder aux discours alarmistes. Edouard Philippe, qui discute souvent avec elle, ne l’écoute pas pour autant. En résumé, Agnès Buzyn dit avoir tout bien fait, et que personne ne l’a écoutée. Peut-on la croire ? Vraisemblablement, c’est la Cour de Justice de la République qui tranchera. 

Agnès Buzyn est la seule responsable politique à avoir été mise en examen pour ces raisons. De son côté, Edouard Philippe a été convoqué par l’instance judiciaire en tant que témoin assisté. 

Marguerite de Rubempré

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Raphaël Lesage

Il y a 1 ans

Signaler

0

J'avais lu son long entretient je veux bien la croire lorsqu'elle explique que le Manu et l'Edouard l'ont prise de haut en jouant les éclairés alors qu'ils gouvern(ai)ent à l'aveugle. On rappel qu'ils nous ont tous dit "ce n'est qu'une petite grippe, toussez dans votre coude".

Eric EXTIER

Il y a 1 ans

Signaler

0

Comment la Justice peut-elle croire que Mrs Macron et Philippe n’étaient pas aux commandes ?

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL