Géopolitique

À Moscou, Vladimir Poutine cible la menace d’un Occident décadent

Conformément à la constitution, Vladimir Poutine s’est adressé ce matin depuis Moscou à la nation russe aux deux chambres du Parlement (ou Assemblée fédérale) de son pays, composé de la Douma et du Conseil de la Fédération, auxquels s’étaient adjoints des militaires, des chefs d’entreprises et des dignitaires des religions, à commencer par l’Église orthodoxe russe. L’an dernier, il s’était dispensé de cet exercice officiel. 

Dès le début, ce discours qui a duré plus d’une heure, a pris des accents très anti-occidentaux, ciblant particulièrement les États-Unis. Selon lui, ce sont les Occidentaux qui ont déclenché la guerre et les Russes ne seraient que dans une posture défensive en attaquant l’Ukraine. Selon Vladimir Poutine : « La Russie est intervenue pour défendre les habitants de nos régions historiques, pour assurer la sécurité de notre pays, pour éliminer une menace qui provenait du régime néonazi en Ukraine, arrivé au pouvoir suite au coup d’État de 2014. » Sans surprise, Vladimir Poutine a aussi pointé du doigt la continuité des références symboliques entre l’armée ukrainienne et l’armée allemande de la Seconde Guerre mondiale.

Un fond national pour les combattants 
Le Président russe a ensuite emprunté le chemin d’un discours radicalement hostile à ce qu’il estime être la décadence occidentale, s’en prenant à la pédophilie, au mariage homosexuel, à la théorie du genre et au progressisme chrétien. Il a opposé à ces nouvelles mœurs occidentales le patriotisme d’un peuple russe « pluriethnique et multinationale ».

Vladimir Poutine a remercié les unités de l’armée, les familles des soldats, et tous ceux qui participent à l’effort de guerre russe, avant d’annoncer sa volonté de développer les quatre nouvelles régions rattachées à la Fédération de Russie. Il a annoncé la création d’un fond national pour aider les familles des soldats russes tués ou blessés. Sur un plan militaire, il a appelé à un développement massif des équipements via l’industrie d’armement russe. Au plan économique, il a enfin annoncé sa volonté de développer un mode de règlement international étranger au dollar.  

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Yann MORELLEC

Il y a 11 mois

Signaler

0

La mienne aussi , comment se sentir solidaire de la momie Biden , symbole de la décadence wokiste occidental ?

Danny MASSEIN

Il y a 1 ans

Signaler

0

Excellent article qui corrobore ma pensée.

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier