Géopolitique

10 milliards de dollars de matériel militaire américain au secours de Taïwan

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Ce week-end, la Chine a déployé 71 avions de combats au large de Taïwan. Une action au service de la stratégie dissuasive de Pékin, qui entretient la peur du coté taiwanais.  Mais c’est aussi un moyen pour la Chine d’exposer sa puissance militaire qui demeure largement supérieure à celle de l’île. Ainsi, pour se préparer à l’éventualité de la guerre, la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen prend des mesures catégoriques qui permettrait une défense plus efficace. Celle-ci a affirmer dans un tweet que « Face à un paysage de sécurité changeant, #Taiwan restructure [son] armée, prolonge la conscription et améliore la formation ». 
 
Parmi ces mesures, il est question du rallongement de la durée du service militaire à un an à partir de 2024, alors que jusque-là il était seulement de quatre mois. De plus, dans cette idée de militarisation, Taïwan a obtenu du Congrès des États-Unis l’autorisation d’une vente d’armes à hauteur de 10 milliards de dollars d’ici 2027, date d’une possible invasion chinoise, selon le Pentagone, comme souligné dans Le Figaro. Pour autant, il n’est pas sûr que le renforcement des relations entre les États-Unis et Taïwan dissuade Xi-Jinping. Déjà en août, la visite de la Présidente de la Chambre des Représentants des États-Unis, n’avait pas été vu d’un très bon œil par Pékin qui a envoyé, en l’espace d’un mois, 446 avions dans la zone de défense aérienne taïwanaise ; selon une base de données compilée par l’Agence France-Presse à partir des chiffres du ministère de la défense taïwanais, comme cela a été mis en avant par Le Monde
 
Un affrontement indirect entre Pékin et Washington 
 
Le soutien affirmé des États-Unis à Taïwan est aussi l’illustration de l’affrontement indirect entre les deux super-puissances. Cette rivalité se poursuit au travers de la question taïwanaise, notamment par l’enjeu économique qu’elle représente pour la production mondiale de semi-conducteur. En effet, Taïwan concentre 60% de la production mondiale de semi-conducteur, des …

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Mediapart : le faux départ d’Edwy Plenel

S’il vient d’annoncer abandonner la présidence de Mediapart qu’il a cofondé en 2008, l’ancien directeur gauchiste de la rédaction du Monde, grand chasseurs de scandales touchant les personnalités politiques, n’entend pas pour autant se retirer de la vie journalistique française.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier